Besoin de votre aide pour un mémoire sur le wing foil

Bonjour à tous,
Je doit réaliser un mémoire pour mes études et pratiquant du WingFoil depuis presque un an et étant devenu complètement addict, je réalise aujourd’hui mon mémoire sur ce sujet.

Je vais étudier l’engouement autour du wingfoil ces dernières années et pour cela, j’aurai besoin d’un coup de pouce.

Pourriez-vous me détailler ce qui vous a donné envie de commencer le wingfoil, s’il vous plaît ?
Cela m’aiderai beaucoup et pourra par la même occasion, nous permettre d’échanger sur nos différentes motivations.
Je vous remercie d’avance pour votre aide.
Clément Soula

Les premières images de Titouan Galea a Hookipa m’ont fait lever l’œil, et Balz Muller a montré le chemin (cet sport était déjà sur la bonne route).

Depuis les premier moment les avantages étaient énormes au niveau logistique et marge de vent pour naviguer.

Après la pandémie j’avais un équipement de planche a voile défasse et très cher a actualiser.

La décision était facile : j’ai revendu tout l’équipement de planche a voile et acheté un nouveau équipement complet de wingfoil, pour moi c’était le pas logique (planche a dérive, funboard, wingfoil). Je n’ai pas changé d’sport.

Depuis j’ai passe de naviguer 10 jours a l’année a plus de 200.

80% des sessions sont des bonnes sessions.

Les premiers moments son impayables.

Ma santé a besoin du soleil et de l’air après trop d’heures d’ordinateur.

Cet sport peut être très tranquille ou très radical et les deux choses ne sont pas incompatibles

Salut à toi, bon courage pour ce mémoire.

Je suis planchiste depuis presque 20 ans, beaucoup de sports nautiques en tout genre dont du windfoil. Au début je n’ai pas vu ça comme une bonne chose, plutôt réfractaire. Puis je me suis décidé à tester pour pas mourir idiot, et dès le premier bord sur le foil j’avais plus envie de faire de planche.

J’ai revendu mon matos de planche (très cher, vieux, encombrant : impossible à transporter sans barres de toit, dur à ranger dans le garage et encore j’ai la chance d’avoir un garage, alors que maintenant je range tout dans le coffre d’une petite voiture) pour racheter de la wing.

J’ai beaucoup moins de sessions mauvaises ou qui ne fonctionnent carrément pas, avec moins de matériel, je pars d’ou je veux et pas besoin de me casser la tête pour trouver un spot.

Beaucoup moins violent aussi : toujours pas de casse du bonhomme ni du matériel en presque deux ans de pratique comparé à des traumas répétés en planche à voile (chevilles, épaules, dos, genoux…). Du coup comme je me sens plus en cnfiance en wing et je vais titiller des vagues et des conditions qui me faisaient flipper en planche : c’est à la fois plus doux et plus extrême comme dit plus haut

Bonjour et bon courage pour ton mémoire.
Planchiste depuis 40 ans, ayant connu la grande époque des surf trip et camions en convoi vers les spots, ainsi que l’évolution du matériel et aussi des prix, j’ai commencé par rêver pendant le confinement " In flight 2" accessible sur forum Gong. Vidéo que j’ai regardé un nombre de fois incalculables.
J’ai passé le cap en achetant un pack Sroka, permettant windfoil et wingfoil. Les débuts ont été très difficiles surtout pour l’égo !!!
Le windfoil m’a semblé trop dangereux et surtout le fait de repartir pour une course au matériel m’a rapidement calmé.
Le wingfoil ça tient dans une twingo avec 2 ailes, ça n’est pas traumatisant pour le dos et la plage d’utilisation est énorme pour un encombrement mini et des sensations au top. La progression est rapide.
Par compte ça va moins vite que la planche et je ne suis pas vraiment chaud pour sauter lorsque mon niveau ce sera amélioré.

Je crois que tout le monde s’est mis à croire les multiples « champions » du monde sur Facebook qui baratinaient en disant que c’était trop facile et qu’en deux sessions tu tapais déjà des jibes… Pour moi ça a été moins rapide que le passage windsurf/windfoil ou j’ai voleté en dauphin dès la première session. J’ai du réapprendre à changer mes appuis, plus avoir la tension du gréement sur laquelle s’appuyer… mais j’ai trouver ça « facile » dans le sens ou j’ai pas eu à galérer et me faire détruire par toutes conditions pendant 3 ans avant de m’amuser comme en planche à voile. En 10 sessions je commençais à voler et faire des jibes dans l’année : il a fallut apprendre à nouveau mais dans la bonne humeur

Le plaisir d’apprendre un sport nouveau après 20 ans de windfoil et du Kitesurf. Beaucoup moins dangereux que le kite et tellement plus facile à mettre en oeuvre. Le plaisir de voler au dessus de l’eau avec cette sensation incroyable de surfer de la poudreuse fraiche.
L’idée aussi que tu peux surfer, sauter et toujours progresser!
Et puis moins besoin de vent que le windsurf…

Je suis encore en période de transition dans le mesure ou je ne maitrise pas encore le wing foil. Mais dans ma tête la bascule a eu lieu en 2020 pendant le confinement.
Je pratique le windsurf depuis 30 ans. L’été 2019 en voyant certains en windfoil, j’ai voulu essayer. J’ai pris 2 leçons en vacances. Ca a été laborieux pour rester en vol avec de grosses gamelles mais la sensation de glisse m’a fait une impression énorme. Je voulais réessayer mais je n’étais pas prêt à réinvestir pour rajouter du matos dans ma cave.
Fin 2019, je fais l’imbécile en faisant du speed dans 45 cm d’eau. Je me suis blessé la cheville dans une gamelle. Gros choc au fond avec un hématome dans l’os et probablement les cartilages abimés. J’ai boité pendant tout le confinement et j’ai repensé au foil pour naviguer sans strap et sans choc sur les articulations. En cherchant des videos de foils j’ai découvert le wing et j’ai maté tout ce que je pouvais trouver (merci au confinement et chomage partiel). En voyant les vielles légendes du windsurf comme Alan Cadiz et Robby Naish voler sans harnais descendre la houle en surf je me suis dit qu’il fallait essayer.
Comme j’étais un peu inquiet du coté physique de tenir la wing à la main, j’ai acheté un planche hybride wing/wind pour l’été 2020 (RRD pocket rocket), un foil hybride avec 2 fuselage et une wing. J’ai commencé par le windfoil. Sans strap avec une voile de vague j’ai commencé à navigué avec une super sensation et sans douleur pour ma cheville. Par contre les premiers essais en wing n’étais pas terribles mais j’avais une voile très instable avec une faible plage d’utilisation. J’étais déjà convaincu par le wind foil. Je me suis remis à naviguer dans les étangs où le vent est irrégulier car en foil on passe facilement les trous d’air. Plus de harnais (en l’air ça ne tire plus), pas de strap, pas de bruit, pas de choc. EN 5.4 je volais dans 15 noeuds alors que les planchistes sur ailerons étaient en 7.5. J’ai vendu ma plus grosse planche et ma 7.3.
J’ai profité de l’été 2021, pour tester la wing avec du matériel de location dans des conditions de rève (Cabarete, République Dominicaine). Déjà je me suis rendu compte que ma voile était une daube comparé aux Ozone Wasp. Après j’ai aussi vu que mon foil était un peu petit pour débuter (1500 cm2 pour 86 kg). Après un court, j’ai pu commencer à faire quelques bords sur un foil de 2000cm2 dans 15-20 noeuds de vent avec une 6m2. Quelques vols seulement, un seul bord de plus de 300m mais la sensation était là. Encore un niveau dans la liberté par rapport au windfoil avec cette voile hyper légère qui n’est pas reliée à la planche. J’ai vu que pour un vieux planchiste de 63 ans c’était aussi très abordable physiquement. Suite à ces vacance je suis mordu. J’ai changé ma wing acheté un foil de 2000cm2 et fait 5 sessions dans de bonnes conditions (plus quelques unes dans du vent trop light pour mon niveau).
Je suis encore débutant mais j’attends avec impatience mes 3 semaines de vacances pour passer au stade intermédiaire.
Mon objectif est de pouvoir un jour surfer la houle en downwind. Pour moi c’est l’intérêt premier de la wing. En planche n’étant pas d’un niveau top je n’ai jamais pu surfer que dans des conditions hyper faciles (vagues 1 à 2 m parfaitement side shore).
Si je n’avais pas eu ces bonnes conditions en terme de matos et vent à Cabarete, je n’aurais peut-être pas persévéré en Wing car je commençais à bien m’amuser en windfoil. Mais maintenant j’ai vendu ma planche hybride et mon petit foil. Je vais me consacrer au wing. Pour le moment je galère un peu à nouveau avec ma planche gonflable que j’ai acheté pour l’emmener en avion. Je vais peut-être commencer en location la première semaine sur une planche en dur car c’est plus facile mais j’ai bonne espoir d’y arriver. Avec mes 2 voiles de 4.5 et 6 m tout tiens dans le coffre de ma voiture avec une plage d’utilisation de 13 à 30 noeuds pour un wingsurfer débrouillé.